GROUPE DE PRATIQUE ET D'ETUDE DES ARTS MARTIAUX VIETNAMIENS

SELF-DEFENSE

Mon approche de la Self-defense n'est pas de la violence civil. 

PRE-CONFLIT: Il englobe la notion de vigilance, d'analyse et de comportement. La vigilance est essentiel pour l'évitement et la fuite qui sont les options Reines. Pour l'analyse, afin de pouvoir discerner les situations que nous pourrions éventuellement gérer (orgueil mal placé...) et celles que nous ne pourrions pas. Nous abordons le coté théorique avec la psychologie et la sociologie des conflits et de la violence. Cela inclus les différents types d'agresseurs et d'agressions, leurs méthodes, le rapport que nous pourrions avoir face à la violence, le stress et la chimie de notre cerveau. Pour qui est  du comportement une respiration, un vocabulaire gestuelle et verbale spécifique sont initiés afin d'essayer de rester le plus calme possible. 

CONFLIT: En moyenne le conflit physique dure +/- 7 secondes. Tout le phantasme de super héros que nous pourrions avoir n'est qu'une illusion. Pour cette raison j'ai épuré au maximun les techniques de Viet Vo Dao, de facon à avoir un répertoire technique le plus simple et le plus efficace possible car avec le stress simple est déja compliqué... Le but étant que chaque pratiquant puisse révéler son potentiel tout en restant dans un cadre l'égal.

POST-CONFLIT: Le cadre juridique de la self-defense, le secourisme, le contact avec les forces de l'ordre, tous ces éléments représentent la partie post-conflit. Les gestes de premiers secours vont permettrent de gérer l'urgences le temps que les services de secours interviennent... Les traumatismes physique ne sont pas les seuls traumatismes vécue, il peux aussi y avoir des traumatisme psychologique, que ce soit choc post-traumatique, stress post-traumatique ou mémoire traumatique. Il est donc essentiel d'être pris en charge par des personnes compétentes en ce domaine afin de prendre soins de soi et de ce rétablir. Avoir évité un conflit ne veux pas dire que nous n'avons pas à gérer un traumatisme. Des insultes, une altercation, une menace, la peur ressentie, ou la panique vécue pendant la fuite etc... tous cela peux créer des traumatismes. Il est donc important d'en parler, que ce soit avec un proche ou un médecin.


 

 

 

"Avant l’agresseur, le stress est souvent le premier ennemi à combattre."